Carence en fer : 9 signes qui ne trompent pas !

anémie

À l’origine de nombreux maux comme la chute de cheveux ou le syndrome des jambes sans repos, la carence en fer touche de nombreuses femmes sans être toujours identifiée.

Et c’est fort dommage parce que, souvent, il suffirait d’une petite correction pour y remédier.

C’est pourquoi je vous présente neuf signes qui peuvent vous permettre de dépister une carence en fer. Mais également les causes possibles de cette déficience et des solutions pour vous aider à remonter votre taux de fer.

Les 9 signes d’une carence en fer

1. La chute de cheveux

Les femmes sont plus sujettes à un déficit en fer que les hommes.
Ceci s’explique par des pertes d’hémoglobine pendant leur menstruation. Le fer est un cofacteur majeur de la fabrication d’hémoglobine, c’est pourquoi cette perte mensuelle fait sur-utiliser le fer présent dans l’organisme. À ceci vient parfois (et même souvent) s’ajouter une faible consommation de viande dans l’alimentation.

L’équation : règles abondantes + consommation faible en produits carnés entraine immanquablement un manque de fer !

Un premier signe très visible d’une carence ou d’un déficit en fer est la chute de cheveux !

Si vous avez une chute de cheveux, je vous invite à demander le dosage de la ferritine, soit à votre médecin soit au laboratoire directement, et si votre ferritine est inférieure à 50, il y a de fortes chances que la chute de cheveux vienne de là.

SIGNE DE CARENCE EN FER

2. La fatigue

Le deuxième signe qui me paraissait important d’évoquer c’est la fatigue.

Beaucoup de personnes se sentent très fatiguées, c’est même un motif de consultation !

Il peut y avoir plein d’autres facteurs pour expliquer un état de fatigue mais une carence en fer en est un,

Il faut savoir que le fer est un oligoélément qui intervient dans la fabrication d’énergie donc si vous n’avez pas beaucoup de fer vous n’aurez pas beaucoup d’énergie.

3. La déprime et le manque de motivation

Le signe suivant est un trouble de l’humeur :  la déprime, le manque de motivation et peut-être même de lirritabilité.

Pourquoi ?

Parce que le fer est un cofacteur dans la synthèse des neurotransmetteurs, des substances biochimiques qui vous permettent d’être de bonne humeur, d’avoir une certaine joie de vivre, une certaine motivation et de vous sentir bien dans la vie de tous les jours sans être déprimé ou irritable.

Ce n’est pas un signe très connu mais je vous invite vraiment à vérifier.

4. Le syndrome des jambes sans repos

Vous n’avez pas forcément ce signe si vous manquez de fer, cela ne concernera pas tout le monde. En revanche, si vous avez le syndrome des jambes sans repos, allez rapidement vérifier votre ferritine.

En corrigeant la carence ou le déficit en fer, vous allez certainement voir une diminution de ce syndrome. La vitamine B12 et d’autres éléments entrent en jeu également mais le fer intervient pour beaucoup, via la synthèse de dopamine qui est un neurotransmetteur manquant dans le cadre du syndrome des jambes sans repos.

5. Des ongles cassants ou striés

Cinquième signe : les ongles cassants, effrités ou striés.

Il peut y avoir d’autres causes à cela, ce n’est pas la seule mais le manque de fer peut en être la cause donc mon conseil est de vérifier simplement votre niveau de fer si vous avez ce genre de signe.

SIGNE DE CARENCE EN FER

6. La peau sèche

Avoir la peau sèche est également un signe de déficit en fer.  

SIGNE DE CARENCE EN FER

Précédemment, je vous expliquais qu’un manque de vitamine A intervient dans la sècheresse cutanée, mais le fer a aussi son rôle à jouer. 

Il participe à une bonne hydratation et un bon renouvellement des tissus. Une carence en fer pourra se traduire par une peau plus sèche donc moins belle.

7. La baisse de l’immunité

Si vous êtes souvent malade, si vous avez des petits maux divers et variés, des infections à répétition, c’est probablement dû à une baisse globale de votre immunité.

Le fer participant aussi à l’immunité, une faible protection immunitaire est peut-être le signe d’une carence en fer.

8. La pâleur

Huitième signe assez connu, c’est la pâleur !

Le teint très pâle est souvent associé à l’anémie dont la carence en fer est la cause la plus fréquente.

Donc la pâleur peut indiquer que vous manquez de fer.

9. Des signes de faiblesse thyroïdienne

Neuvième et dernier signe, qui en fait étant un regroupement de plusieurs signes, c’est la baisse de la fonction thyroïdienne.

La thyroïde a besoin de fer, entre autres, pour bien fonctionner.

Si vous observez les signes d’une baisse de la fonction thyroïdienne comme la frilosité, la prise de poids, la fatigue, la constipation, de nombreux maux en hiver ou encore la déprime, je vous conseille de vérifier votre taux de fer.

Entre carence et excès, quel taux de ferritine viser ?

Il faut faire attention, lorsque l’on se complémente en fer, de ne pas faire monter son taux trop haut, ne pas faire durer la supplémentation trop longtemps. Il est conseillé de faire un contrôle du taux de fer régulièrement, surtout si l’on se complémente.

En effet, l’excès de fer est pro-oxydant et pro inflammatoire. Un taux de fer élevé pourra participer à l’apparition de maladies inflammatoires ou des troubles liés à inflammation.
Et cet effet oxydant accélère le vieillissement cellulaire et global.

Il convient de trouver un juste équilibre pour éviter la carence ou l’excès de fer. Dans l’idéal, je vous conseille de viser et maintenir une ferritine autour de 50 à 70 ng/ml.

Toutefois, le taux de ferritine peut être faussé par un état globalement inflammatoire. En effet, en cas d’inflammation, le foie va séquestrer le fer afin d’éviter qu’il aille profiter aux sources d’inflammation. En résumé sur ce sujet, une inflammation, même de bas grade, peut fausser la ferritine et donc masquer un manque de fer. Dans ce cas, le médecin pourra vous prescrire un bilan martial, dont les critères plus précis permettront d’avoir une vision très précise sur le niveau de fer réel, son assimilation et son transport. Cela est du ressort médical, consultez votre médecin en cas de doute.

Si vous avez entre 20 et 30 mg/ml de ferritine, votre médecin ne vous dira probablement rien, ne vous prescrira pas de complémentation car, pour lui, le seul critère qui compte c’est savoir si vous avez de l’anémie ou non. En gros, si vous n’avez pas d’anémie, même si votre ferritine est très basse (15 par exemple), le médecin n’interviendra pas.

Mais si vous avez un ou plusieurs signes de manque de fer énumérés dans cet article,  je vous conseille vivement d’optimiser votre niveau de fer, tout en veillant bien-sûr à avoir une alimentation équilibrée, riche en anti-oxydants.

Cela vous permettra de rééquilibrer de nombreuses fonctions dans votre organisme.

Au bout de quelques semaines voire 3 mois car cela prend un peu de temps, vous observerez peut-être que vos signes disparaissent.

Le fer dans l’alimentation : fer héminique et non héminique

Dans l’alimentation, où trouve-t-on le fer ?

Dans le règne végétal, il y a de nombreuses sources de fer comme les lentilles, les légumineuses de façon générale, les légumes à feuilles vertes et également certains oléagineux.

Toutefois ce fer, appelé fer non héminique, c’est-à-dire qui ne provient pas du sang, est peu biodisponible : cela signifie qu’il sera mal assimilé par l’organisme. Il y aura beaucoup de compétitions lors de son assimilation et vous n’en tirerez qu’une partie très faible. C’est ce qui pose problème avec le fer non héminique issu des végétaux. Le fer végétal sera mieux assimilé en présence de vitamine C.

Il y a par ailleurs le fer héminique, c’est-à-dire le fer qui vient du sang donc d’origine animale comme la viande, le foie et autres abats, le boudin noir (qui est la source la plus riche en fer).
Il est évident qu’il ne faut pas en manger tous les jours, ça ne serait pas bon non plus !

Agir sur les causes de la carence

Pour les femmes qui ont des règles très abondantes (parfois avec des caillots), la première chose à faire est de travailler sur ce déséquilibre parce que des règles hémorragiques révèlent un déséquilibre hormonal avec un climat oestrogénique (trop d’œstrogènes par rapport à la progestérone ou pas assez de progestérone). Il est important d’agir dessus en consultant un naturopathe ou un praticien en hormonologie.

En attendant que le rééquilibrage hormonal porte ses fruits, il est intéressant de diminuer le flux menstruel grâce une plante, la bourse à pasteur.
Vous en trouverez facilement, plusieurs laboratoires en proposent.
Souvent sous format liquide, vous pouvez en prendre juste quelques jours avant l’arrivée des règles et pendant leur durée.

Il est selon moi indispensable de travailler sur le déséquilibre hormonal pour stopper les pertes.

Il existe des formes plus graves de pertes de fer, là encore c’est du ressort médical, en cas de doute demandez à votre médecin.
On peut aussi avoir des troubles d’assimilation dus à un intestin poreux, le fameux intestin hyper perméable, cela se travaille en santé naturelle.

Comment faire remonter le fer ?

S’il y a une difficulté d’assimilation

Une piste intéressante pour les personnes qui n’assimilent pas le fer, c’est la lactoferrine. Il s’agit d’une molécule qui va aider non seulement à assimiler le fer mais aussi à le transporter et ainsi faire en sorte que les agents pathogènes qui nous habitent (bactéries, champignons) ne tirent pas profit du fer.
Parce que la complémentation en fer profitera aussi à toutes les bactéries, champignons et virus.

Cette lactoferrine transporte le fer jusqu’à vos cellules.
Cela va non seulement assainir votre intestin en affaiblissant ces mauvais pathogènes et également cela vous permettra de remonter votre niveau de ferritine sans que cela vous nuise.

Vous en trouvez dans certains laboratoires comme Bionops, Therascience, Nutrixeal, avec la posologie à suivre.
C’est sans effet secondaire, peut-être à vérifier chez les personnes ayant une intolérance au lactose mais c’est quand même assez rare ne pas supporter la lactoferrine.

Le problème des médicaments de fer

Il se peut aussi que vous supportiez mal les médicaments que les médecins peuvent vous prescrire pour remonter la ferritine comme Timoférol, Tardyféron, Fumafer.

Ces médicaments sont des oxydes de fer, donc des formes qui ne sont pas directement bio disponibles. Le corps doit les métaboliser pour pouvoir les assimiler.
Ce qui explique qu’ils soient mal tolérés. Ils peuvent même parfois provoquer des douleurs, des problèmes digestifs.

Les formes conseillées

La forme la mieux tolérée est le Bisglycinate ou le Glycérophosphate de fer : ce sont les formes les plus biodisponibles et donc les mieux assimilées.  Elles feront rapidement monter votre niveau de fer sans troubles associés.

Vous en trouvez en pharmacie ou en magasin bio, ou encore dans tous les laboratoires de micronutrition tels que Copmed, Therascience, NutriLogics, Oligosanté etc.
Ou le « Gentle Iron » de Solgar qu’on peut trouver en parapharmacie ou magasin bio.

Quelle posologie et sur quelle durée ?

Vous vous demandez certainement pendant combien de temps vous devez vous complémenter, quelle dose journalière vous devez prendre ?

Mais malheureusement je ne peux pas répondre à ces questions.

Il n’y a pas une posologie qui convienne à tout le monde !

C’est propre à chacun, cela va dépendre de votre niveau de carence ou de déficit.

Si votre ferritine est à 5 (très bas) ou à 20 (moins bas mais qui mérite d’être optimisée), la dose de supplément ne sera évidemment pas la même.

SUPPLÉMENT FER

De plus, selon votre sensibilité intestinale, si vous avez beaucoup de ballonnements, si vous êtes très perturbée au niveau digestif, la prise de fer sera compliquée.

L’idéal est vraiment de vous faire accompagner par un naturopathe ou un praticien en micronutrition, qui sauront vous guider de façon personnalisée.

On parle généralement d’une complémentation de 3 mois et ensuite on vérifie l’évolution.
Après cette période, il faut également prendre soin d’entretenir un bon taux de fer car l’avoir fait remonter, c’est bien mais si on arrête tout, cela peut rechuter, donc à surveiller !

J’espère que ces pistes vous seront utiles.
Mon but, au travers de mes articles et de mes vidéos, est de vous sensibiliser à une problématique avec ma vision de naturopathe et de vous aider à mieux prendre en charge votre santé de manière naturelle.

Florence Pinheiro Ortolan
Naturopathie Nutrition Micronutrition
Embellir sa santé

Les vidéos citées dans cet article : 

Partager cet article

Facebook
Twitter
LinkedIn

Rejoins ma communauté!

Télécharge maintenant ton ebook offert « Les 5 règles d’or pour Embellir sa santé » et reçois régulièrement tous mes conseils santé et bien-être :